TIPC
Chercher

Introduction au Transformative Innovation Policy Consortium (TIPC)

Le Transformative Innovation Policy Consortium (TIPC) est un groupe de chercheurs, de décideurs et d'agences de financement en science, technologie et innovation qui travaillent ensemble pour donner corps à un nouveau cadre pour la politique de la science, de la technologie et de l'innovation (STI) - Transformative Innovation Policy (TIP). TIP vise à relever les défis sociétaux mondiaux, tels qu'ils sont encapsulés dans les objectifs de développement durable des Nations Unies.

Coordonné par la Science Policy Research Unit (SPRU) de l'Université du Sussex au Royaume-Uni, les membres actuels sont des ministères de l'innovation et des agences de financement de Colombie, de Finlande, de Norvège, d'Afrique du Sud et de Suède. Il existe d'autres programmes associés en Chine, au Brésil, au Sénégal, au Ghana et au Kenya. 

TIP est étayé par un article sur les trois cadres de l'innovation (2018) des fondateurs de TIPC, le professeur Johan Schot et le professeur Ed Steinmueller. 

TIPC est un programme quinquennal axé sur l'expérimentation de politiques, l'évaluation, le renforcement des capacités et l'élaboration de programmes de recherche. Une ambition primordiale est de voir l'adoption généralisée de nouvelles politiques et pratiques d'innovation transformatrices à travers le monde. Cette approche transdisciplinaire génère déjà de nouveaux cadres, normes et récits, et explore de nouvelles façons d'exploiter l'apprentissage mutuel des politiques entre les pays du Nord et du Sud.

Trois cadres de la politique d'innovation

 

Au cours des dernières décennies, deux cadres conceptuels ont dominé le développement de l'élaboration des politiques d'innovation, fondées sur le modèle d'innovation axé sur l'offre du XXe siècle, qui considère la concurrence entre les nations et le soutien à la R&D comme le principal point d'entrée pour l'élaboration des politiques. Les deux cadres supposent que la croissance économique est toujours positive, ignorant bon nombre des conséquences involontaires du développement de la science et de la technologie qui ont eu un impact négatif sur la société et l'environnement. Un troisième cadre, Transformative Innovation Policy (TIP) est en train d'émerger – un cadre qui place les problèmes sociaux et environnementaux au cœur.

Le premier cadrage décrit la politique d'innovation comme fournissant des incitations au marché pour produire les niveaux socialement et économiquement souhaités de connaissances scientifiques (R&D). Ceci est principalement mis en œuvre par des subventions et des mesures visant à renforcer « l'appropriation » de l'innovation (DPI). Pour identifier les domaines nécessitant un soutien, la prospective a été développée. En ce qui concerne les externalités négatives, diverses formes d'évaluation des technologies ont été établies et, pour protéger la société si les impacts deviennent problématiques, une réglementation est mise en place. Ce cadrage identifie l'élément le plus important de l'innovation en tant que processus de découverte (invention) et donne naissance au modèle linéaire dans lequel la technologie est l'application des connaissances scientifiques. Le modèle linéaire privilégie la découverte sur l'application. En partie parce que les récompenses de l'application sont supposées être réalisées grâce à un fonctionnement adéquat du système de marché. Ce n'est qu'en cas de défaillance du marché que l'action gouvernementale est requise.

Le deuxième cadrage vise à mieux utiliser la production de connaissances, soutient la commercialisation et comble le fossé entre la découverte et l'application. Ce cadrage prend au centre diverses formes d'apprentissage, notamment : celles acquises en utilisant, en produisant et en interagissant ; les liens entre les différents acteurs ; capacité d'absorption et formation des capacités des entreprises; et enfin, l'entrepreneuriat. La justification de l'intervention politique est l'échec du système - l'incapacité de tirer le meilleur parti de ce qui est disponible en raison de maillons manquants ou défectueux dans le système d'innovation. La politique d'innovation se concentre, par exemple, sur le transfert de technologie, la construction de plates-formes technologiques et de grappes technologiques pour stimuler l'interaction et la formation de capital humain. De plus, dans ce modèle, la prospective, l'évaluation technologique et la réglementation sont des ajouts à l'activité principale de promotion de l'innovation (en supposant que toute innovation est souhaitable et bonne puisque l'innovation est le moteur de la croissance économique et de la compétitivité).

Un troisième cadre pour la politique d'innovation est celui de la politique d'innovation transformatrice (TIP) qui prend comme point de départ que les impacts négatifs ou les externalités de l'innovation peuvent dépasser les contributions positives. TIP se concentre sur la mobilisation de la puissance de l'innovation pour relever un large éventail de défis sociétaux, notamment les inégalités, le chômage et le changement climatique. Il met l'accent sur les politiques visant à orienter les systèmes sociotechniques dans des directions socialement souhaitables et intègre les processus de changement dans la société. TIP explore les problèmes liés au changement du système socio-technique pour donner une transformation structurelle dans : les accords de gouvernance entre l'État, le marché, la société civile et la science ; expérimentation et apprentissage sociétal ; recherche et innovation responsables; et, enfin, un rôle plus constructif de la prospective pour façonner les processus d'innovation dès le départ et de façon continue.

En quoi le cadre trois diffère-t-il ?

L'organigramme ci-dessous montre la principale différence entre les cadres 1 et 2, puis celui de l'image 3. Les cadres 1 et 2 supposent que le bien-être public sera traité par le stimulus de nouvelles connaissances et innovations qui seront utilisées par l'industrie pour atteindre la croissance économique. Le cadre 3 aborde explicitement et fondamentalement les objectifs sociétaux en tant qu'objectif principal. En s'attaquant d'abord et avant tout aux défis sociétaux, la réflexion du cadre 3 suppose qu'en prêtant attention au bien-être social et environnemental, il y aura une plus grande productivité et moins d'inégalités, donc une croissance économique accrue. Il va à l'encontre de celui des hypothèses des cadres 1 et 2.

Les trois cadres de l'innovation