TIPC
Chercher

Série de blogs Making the Green New Deal Happen, juillet 2022 : Pénurie d'eau en Europe du Sud : problèmes et solutions

Blog

 

Au moment où j'écris ce blog, les nouvelles d'une grave sécheresse dans la vallée du Pô font la une des journaux européens. La pénurie d'eau oblige les autorités à introduire le rationnement de l'eau pour les citoyens dans 125 municipalités et à arrêter l'utilisation de l'eau pour l'irrigation. Cette sécheresse historique est due au fait qu'il n'y a pas eu de pluie au cours des 100 derniers jours et qu'il n'y a pas eu assez de neige pendant l'hiver pour reconstituer les réserves d'eau. Les impacts du changement climatique, y compris des températures plus élevées et des régimes de précipitations modifiés, modifient l'approvisionnement en eau douce. Pourtant, la sécheresse est également exacerbée par l'augmentation de la demande en eau au cours de la même période. C'est là que le concept de pénurie d'eau devient utile. La rareté de l'eau et la sécheresse sont liées, mais elles ne sont pas identiques. Contrairement à la sécheresse, la pénurie d'eau n'est pas une crise temporaire mais plutôt un déséquilibre structurel entre l'eau disponible et la demande, qui change avec les saisons et la nature changeante des activités économiques..

Les crises du climat et de l'eau sont intrinsèquement liées de bien plus de façons qu'il n'apparaît immédiatement. La rareté de l'eau a un impact sur la société, l'économie et l'environnement, qui se disputent l'eau. Bien qu'il soit clairement entendu que les gens ont besoin d'eau (pour boire, cuisiner et se laver) et que l'agriculture a besoin d'eau pour l'irrigation, le rôle de l'eau est largement invisible dans la production d'énergie et l'utilisation industrielle. L'agriculture est le plus grand utilisateur d'eau douce en Europe du Sud, variant entre 50% en Italie et 80% en Grèce, suivi par l'utilisation industrielle et urbaine, y compris le tourisme et les activités commerciales. Enfin, la rareté de l'eau nuit à l'environnement, à la biodiversité et aux services écosystémiques. Malheureusement, les exemples abondent d'écosystèmes naturels endommagés et parfois entièrement détruits par la surextraction d'eau à usage humain.. Avec l'augmentation des épisodes de pénurie d'eau, les décideurs politiques en Europe doivent planifier un avenir plus rare en eau, où il y a une distribution plus équilibrée de l'eau entre les écosystèmes humains et naturels.

La rareté de l'eau a des raisons complexes ; cependant, les quatre suivants se distinguent en Europe du Sud :

  1. Il y a moins d'eau disponible quand on en a le plus besoin : En général, plus d'eau est nécessaire pendant les mois les plus chauds en raison de l'augmentation du tourisme et de la production agricole ; cependant, c'est à ce moment-là que les pays d'Europe du Sud reçoivent moins de précipitations. D'un autre côté, il y a encore une quantité massive d'eau douce gaspillée par des fuites dans les infrastructures hydrauliques ou par le gaspillage de nourriture qui nécessite de grandes quantités d'eau pour être produite.
  2. L'eau est polluée : Les activités humaines, y compris l'agriculture, l'industrie et l'utilisation urbaine, génèrent des polluants qui ne sont pas suffisamment éliminés par les usines de traitement de l'eau. Cela se produit pour deux raisons : la difficulté technique d'éliminer les contaminants et le coût associé ou en raison d'une réglementation et d'une application laxistes par les autorités.
  3. Des solutions existent, mais elles ne sont pas appliquées : au cours des dix dernières années, de nombreuses avancées scientifiques ont permis de rendre le traitement de l'eau plus intelligent et plus circulaire. Ces solutions offrent des opportunités d'utilisation de solutions numériques, d'IA et de télédétection pour utiliser l'eau plus efficacement et en réutilisant les eaux usées traitées pour l'irrigation et en récupérant l'énergie et les nutriments des eaux usées. Les raisons pour lesquelles ceux-ci n'ont pas été largement appliqués sont multiples, notamment le manque de compétences des entreprises pour les appliquer, les risques liés aux contaminants et aux agents pathogènes dans les eaux usées, et le manque de conseils pour leur application et de plans d'affaires pour assurer le retour sur investissement.
  4. Faible niveau de bonne gouvernance et de recouvrement des coûts : L'eau est rare et son traitement est coûteux ; cependant, il est traité comme une ressource abondante et bon marché. Le fait de ne pas voir le coût réel associé à l'utilisation de l'eau dans les sociétés d'Europe du Sud contribue principalement au manque d'incitations économiques pour économiser l'eau et l'utiliser pour les activités les plus précieuses.

Solutions

Les solutions mises en œuvre visent à augmenter l'approvisionnement en eau de bonne qualité et à réduire sa demande. Les pays d'Europe du Sud sont à l'avant-garde de la pénurie d'eau, et la manière dont ils y appliquent des solutions peut offrir de précieuses leçons à d'autres régions qui deviendront rares en eau à l'avenir.

Réutilisation des eaux usées traitées : Les stations d'épuration collaborent de plus en plus avec le secteur agricole pour réutiliser les eaux usées traitées pour l'irrigation et la reconstitution des aquifères. Un exemple remarquable est la région de Murcie, en Espagne. Cette région est l'une des plus sèches d'Espagne, alors qu'elle génère 20% de la production agricole du pays et dispose d'un secteur touristique en plein essor, dépendant de la disponibilité de l'eau. ESAMUR, l'Entité d'Assainissement et de Traitement de la Région de Murcie, réutilise la quasi-totalité des eaux usées qu'elle traite pour l'irrigation et la reconstitution des aquifères, une mesure efficace pour économiser l'eau et l'énergie.

Combinaison de solutions basées sur la nature avec des infrastructures conventionnelles : Les Tinos Écolodge montre comment combiner des méthodes innovantes de gestion de l'eau et générer de l'énergie renouvelable tout en pratiquant des activités agricoles et touristiques. L'écolodge est situé sur l'île de Tinos, dans la mer Égée, en Grèce, où les ressources en eau douce sont traditionnellement rares. Pourtant, la gestion prudente des ressources en eau est devenue encore plus critique en raison de l'augmentation du nombre de touristes, de l'activité agricole et du changement climatique. L'écolodge capte l'eau de pluie et l'humidité de l'air grâce à des unités de condensation et traite les eaux usées générées par les hôtes de l'écolodge grâce à une zone humide construite. Cette nouvelle source d'eau, également appelée eau récupérée, est ensuite utilisée pour irriguer un jardin biologique en permaculture pour fournir de la nourriture aux clients et aux marchés locaux. Cette installation touristique est hors réseau et génère son énergie renouvelable grâce à des panneaux solaires. L'écolodge sert de site de démonstration dans le cadre d'un projet financé par l'UE et est connecté à des sites de réplication.

Utiliser la technologie pour économiser l'eau : Les solutions technologiques sont de plus en plus utilisées à la fois dans l'agriculture et la gestion de l'eau urbaine pour économiser l'eau. Pour donner quelques exemples, Agroanalytique, une start-up espagnole, combine la planification, la surveillance et l'analyse de l'irrigation pour irriguer avec la quantité d'eau dont une culture particulière a besoin et au moment où elle en a le plus besoin, réalisant jusqu'à 30% d'économie d'eau. Shayp, une autre start-up belge, se concentre sur la réduction du gaspillage d'eau dans les bâtiments par des fuites et des ruptures de canalisations, en utilisant une plate-forme d'analyse des flux en temps réel et de télédétection.

Des solutions de gouvernance et de financement pour économiser l'eau : La gouvernance de l'eau est une question très complexe, mais c'est un exemple positif lorsque la collaboration des parties prenantes conduit à une meilleure distribution de l'eau. L'exemple de la Aquifère de l'est de la Manche montre qu'une étroite collaboration entre les agriculteurs, les municipalités et l'autorité du bassin fluvial a permis une utilisation plus durable de l'eau. La collaboration comprenait une définition claire des agents, du suivi et des données, et du mécanisme de résolution des conflits. Un autre bon exemple est une combinaison d'une augmentation du coût de l'eau, d'une facturation au montant exact utilisé et d'un équipement économe en eau qui a permis de réaliser une économie d'eau d'irrigation de 25% en Espagne[1].

L'application de ces solutions est entravée par des problèmes structurels dans le secteur de l'eau, tels que le manque d'investissements et le manque de compétences pour appliquer de nouvelles solutions, mais aussi par le risque politique et social associé à des prix de l'eau plus élevés, à un contrôle plus strict de l'utilisation de l'eau, et l'utilisation d'eau de moindre qualité à des fins non potables, comme l'irrigation, le nettoyage des machines et des rues.

L'application de ces solutions offre des opportunités non seulement pour lutter contre la pénurie d'eau, mais aussi pour soutenir les mesures d'atténuation et d'adaptation au changement climatique et bénéficier à l'environnement. Néanmoins, l'eau n'est pas au cœur du Green Deal de l'UE, le plan qui guide la réponse de l'UE au changement climatique, et est marginale dans les stratégies climatiques nationales et infranationales. Alors que les décideurs politiques définissent encore le rôle de l'eau dans les sociétés nettes zéro en Europe, des épisodes périodiques de crise de l'eau comme celle en Italie nous rappellent l'importance de prendre soin de l'eau, l'une des ressources les plus importantes dont nous disposons.

[1] effets de la modernisation de l'irrigation en Espagne 2002–2015 | SpringerLink

 

Eva Enyedi est chef de projet sur la rareté de l'eau pour le programme EIT Climate Knowledge Innovation Community.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.