TIPC
Chercher

Série de blogs Making the Green New Deal Happen, juin 2021 : créer un choc de la demande pour stimuler l'innovation climatique

Blog

 

Thomas Pellerin-Carlin du Centre de l'énergie Jacques Delors explique le rôle vital de la réglementation pour accélérer l'innovation en matière d'énergie propre. Alors que la Commission européenne promet une refonte réglementaire massive le 14 juillete, il devrait saisir cette opportunité pour créer un choc de la demande qui stimule l'innovation climatique.

Le 14 juillete la Commission européenne présentera une refonte des cadres réglementaires de l'Union européenne (UE) pour les bâtiments, l'énergie, l'industrie et la mobilité. Officiellement, ce soi-disant « Convient pour un paquet de 55 » visera à mettre en œuvre le nouvel objectif climatique de l'UE consistant à réduire les émissions de gaz à effet de serre de l'UE de 55% d'ici 2030 et à atteindre zéro émission nette d'ici 2050. Mais ce paquet est bien plus qu'un simple exercice de maintien de la réglementation. Il est le test décisif du Green Deal européen, le moment où nous verrons si de belles discussions sur l'action climatique et l'analyse de la politique énergétique s'accompagnent de décisions politiques concrètes du côté de la demande qui augmentent effectivement les chances de l'humanité d'éviter une catastrophe climatique.

Lorsqu'il s'agit de fournir un système énergétique à zéro émission nette, l'innovation est la clé, et la contribution de Fit For 55 à l'innovation en matière d'énergie propre est donc de la plus haute importance.

Nous sommes confrontés à deux défis complémentaires en matière d'innovation en matière d'énergie propre.

Le premier est d'innover pour déployer des solutions techniques déjà existantes sur le marché. Pensez par exemple à la rénovation en profondeur des bâtiments. Nous pouvons actuellement prendre un bâtiment inefficace et le rénover en un bâtiment à énergie quasi nulle. Si nous voulons atteindre un niveau net zéro d'ici 2050, nous devons rénover en profondeur environ 3% du parc immobilier chaque année. Ce taux de rénovation profonde s'élève aujourd'hui à 0,2%. Peut-on simplement multiplier par 15 la somme d'argent et les travailleurs de ce segment du secteur de la construction ? Probablement pas. Nous avons besoin de techniques, de processus, de modèles économiques, de compétences, de schémas de financement et de normes sociales pour transformer la rénovation en profondeur des bâtiments en un marché de masse. De nombreux innovateurs et projets sont en cours, EnergieSprong en tête d'entre eux, mais nous avons besoin d'échelle. (voir notre blog précédent, Série de blogs Making the Green New Deal Happen, avril 2021 : Mettre à l'échelle les rénovations nationales pour le succès du Green Deal) Les réglementations de l'UE en matière de construction ont le pouvoir de fournir cette échelle.

Le deuxième défi d'innovation consiste à créer, tester, démontrer, faire évoluer et déployer des solutions qui existent actuellement sur papier ou en laboratoire, mais qui n'ont pas été testées à grande échelle dans des conditions réelles. Pensez à produire de l'acier en utilisant uniquement de l'hydrogène renouvelable comme source d'énergie. Ce type d'innovation exige que le secteur public joue son rôle : investir l'argent public pour soutenir financièrement les chercheurs, ingénieurs et innovateurs qui réduiront le risque technologique, et réglementer pour réduire le risque de marché et convaincre les investisseurs que les solutions propres ne sont pas seulement bonnes pour l'humanité, mais aussi bancable dans un avenir proche.

Au cours des derniers mois, à l'Institut Jacques Delors, nous avons mené des recherches pour voir comment l'UE peut relever ces deux défis. Notre conclusion est simple, pour éviter une catastrophe climatique, nous avons besoin à la fois d'un choc d'offre et surtout de mesures de choc de demande pour l'innovation propre. En pratique, cela signifie articuler cinq outils :

  • Plus de financements publics pour l'innovation verte. Cela aidera à inventer des technologies propres totalement nouvelles et contribuera également à améliorer les solutions propres qui existent déjà.
  • Adoptez une réglementation stricte et ambitieuse. Car il faut parfois des réglementations très ambitieuses pour forcer le changement et stimuler l'innovation.
  • Faire payer les pollueurs pour la pollution qu'ils créent. Ne pas les punir, mais les inciter financièrement à adopter des solutions propres et moins polluer.
  • Réglementer pour exclure du marché tous les produits polluants qui peuvent être facilement remplacés par des produits propres.
  • Enfin, déployez la bonne infrastructure propre.

Infographic depicting regulatory solutions to support the EU's pursuit of net-zero

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fit For 55 peut aider à faire avancer chacun de ces cinq fronts.

  • En 2020, l'égoïsme à courte vue de cinq hommes politiques (à savoir les premiers ministres des Pays-Bas, d'Autriche, du Danemark, de Suède et de Finlande) a conduit à la L'UE réduit son budget pour la recherche et l'innovation. Fit For 55 peut partiellement résoudre ce problème, car une réforme prospective du marché européen du carbone (EU-ETS) pourrait augmenter les fonds générés par cette politique et les affecter à des projets de démonstration d'innovation verte dans le cadre du Fonds européen pour l'innovation.
  • L'UE a le pouvoir réglementaire de créer des marchés de niche pour des solutions propres innovantes. Un exemple serait de réformer la directive sur les énergies renouvelables en fixant un objectif pour les énergies renouvelables de 45% d'ici 2030, et de définir un sous-objectif 1% pour les technologies innovantes d'énergie renouvelable.
  • La tarification du carbone sur les entreprises fonctionne et les amène à réorienter leurs investissements. On le voit déjà dans le secteur de l'électricité. L'UE pourrait progressivement supprimer progressivement les quotas ETS gratuits pour les secteurs industriels augmenter la demande de solutions plus propres.
  • De nombreux politiciens sont idéologiquement opposés aux interdictions. Et beaucoup s'opposent encore aux mesures de bon sens comme fixer une date pour simplement interdire la technologie inefficace des moteurs à combustion interne pour les petits véhicules, ce qui créerait un choc de la demande pour des véhicules plus propres.

C'est juste faire avec les véhicules ce que nous faisons depuis des décennies déjà avec d'autres produits : nous avons interdit le DDT et l'amiante, et même des technologies inoffensives mais très inefficaces comme les ampoules à incandescence ont été interdites pour créer un espace de marché pour les LED.

  • L'infrastructure compte. Un produit comme une voiture individuelle n'est efficace que grâce à des décennies d'investissement public permettant aux automobilistes de bénéficier de routes payées par les contribuables. Nous devons maintenant déployer l'infrastructure dont nous avons besoin pour survivre au 21st siècle. Et bien qu'il reste beaucoup à faire au niveau local (pensez aux centres-villes pour les piétons, les pistes cyclables, etc.), l'UE devrait utiliser sa directive sur l'infrastructure pour les carburants alternatifs pour garantir que chaque citoyen puisse accéder à un point de recharge pour véhicules électriques à un maximum de 10 km de l'endroit où il/elle vit/travaille.

Comme l'a récemment déclaré le PDG d'ENEL, « la politique est une force très puissante pour stimuler l'innovation (…) car elle force le changement ».[1] Il a tellement raison. Les décideurs ont la possibilité de créer un choc de la demande qui stimule l'innovation climatique. Demandons-leur de le prendre.

[1] Francesco Starace, PDG d'ENEL, « L'importance de cela est toujours sous-estimée. Je pense que la politique est une force très puissante pour stimuler l'innovation. Et il se heurte toujours à la résistance des industries existantes et des systèmes établis, car ils forcent le changement. Mais c'est parfois nécessaire, pour le mieux. 7 avril 2021 au webinaire conjoint Brunswick et Europe Jacques Delors.


Thomas Pellerin-Carlin est le directeur du Jacques Delors Energy Center au sein du think tank parisien Jacques Delors Institute.

Ce blog est produit par TIPC et son partenaire, EIT Climate-KIC

Les éditeurs de cette série de blogs sont Fred Steward, professeur émérite, School of Architecture and Cities, Université de Westminster, Londres; et Jon Bloomfield, conseiller en politiques d'innovation des systèmes, Climate Innovation Ecosystems, le Communauté de la connaissance et de l'innovation climatiques de l'Institut européen de technologie (EIT Climate-KIC).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.